Nos propositions

jonathan stutz Fotolia_42192166_Subscription_XL_800

Pour l’emploi, pour nos entreprises, pour nos salariés !

 

1 Un allègement significatif du Code du travail

Tout le monde le sait : le Code du travail est constitué de 3600 pages de règlementations et de jurisprudences, qui se contredisent toutes les unes et les autres. Il est donc totalement inapplicable dans nos entreprises, du coup bien trop nombreuses à mourir à cause de procès perdus devant les prud’hommes et les cours d’appel. La réglementation qui encadre la vie au travail est une hérésie, et est aujourd’hui un véritable frein à l’embauche.

Reconnaissons honteusement les deux questions que l’on se pose lorsque l’on reçoit quelqu’un en entretien d’embauche aujourd’hui en France :

1/ Est-ce que cette personne est compétente et motivée ?

2/ Est-ce que qu’elle ne va pas trop m’emm… ?

Un peu provoc ? Peut-être… Mais créer un CDI en France c’est comme un mariage. Cette rigueur et cette lourdeur totalement écrasante ont-elles encore un sens alors que la visibilité dont jouissent nos entreprises ne cesse de diminuer ? Bien sûr que non.

Le gouvernement souhaite relancer l’emploi ? Cela passe en grande partie par ce préalable évident.

 

2 Une baisse des charges patronales et salariales… avant la Saint-Glinglin !

Des mesures intelligentes ont été suggérées par Manuel Valls lors de son discours de politique générale. Trop fragiles malheureusement (et si l’on osait plutôt exonérer de charges, pour dix ans, le premier salarié d’une entreprise ?), mais surtout bien trop loin dans le temps.

Comment accepter qu’aucun allègement ne soit prévu pour 2014 alors que la majorité n’a pas hésité à voter l’intégration de la mutuelle au salaire net imposable d’un salarié le 29 décembre 2013… pour l’année 2013 ! Bref, quand il faut ajouter une taxe, cela se fait rétroactivement (peut-être faudrait-il songer à arrêter avec ça si vous souhaitez instaurer un climat de confiance), mais quand il s’agit d’une mesure favorable alors il est surtout urgent d’attendre.

Urgence, le mot est lâché. L’emploi dégringole, le pouvoir d’achat avec lui… Et le nombre d’entreprises qui se retrouvent devant le tribunal de commerce ne cesse d’augmenter. Il est temps d’agir !

 

Auraient pu y figurer…

Des économies, et vite !

Comment continuer à demander des efforts aux Français, que ce soit aux ménages et aux entreprises si ceux qui tiennent les cordons de la bourse n’en font pas ? Nos gouvernants ont souhaité embaucher 60 000 fonctionnaires de plus… Nous ne nous opposerons pas à eux, c’est fait beaucoup trop systématiquement et c’est un débat stérile. Mais les fonctionnaires aux-mêmes sont très nombreux à souligner l’hérésie d’une telle mesure.

Un vrai contrat de génération

L’idée du candidat Hollande était astucieuse et innovante… Pourquoi diable l’exonération de charges promise sur le salaire du senior est-elle passée à la trappe ? À elle seule, elle aurait quasiment financé l’embauche du jeune. Personne n’aurait pu tricher et l’argent aurait été récupéré immédiatement par l’État puisqu’il y a peu de chances que le jeune en question envoie son premier salaire aux Bahamas. Mais non, l’exonération de charges a laissé place à une prime trimestrielle de 1000 euros… M. Hollande a t-il déjà essayé d’embaucher quelqu’un à 4 000 euros par an ? La mesure est devenue une mesurette, l’éléphant a accouché d’une souris… Et le risque de la création d’un poste est resté le même. Ce contrat génération est sans âme, presque aussi vide que la boîte à outils dont nous avons si longtemps entendu parlé.

 

Et tant d’autres choses !

badge-déplumés_150